Comment stabiliser une balançoire ?

Downswing dans le golf

Le rôle de la descente est de décharger toute la puissance créée jusqu’à ce moment par le mouvement de torsion. Une fois la phase de transition terminée, l’efficacité de la descente dépend de la rotation du tronc autour du point axial gauche. Concentrez-vous sur la partie médiane du tronc qui va du sternum à la jambe. Tandis que les jambes résistent et servent de support, le tronc doit se dévisser (action similaire à celle du discobole) créant l’énergie qui est déchargée produisant la vitesse puissante de la tête du bâton.

Une fois la phase de transition terminée, l’épaule gauche s’éloigne du menton, ce qui permet au corps de se déplacer latéralement de quelques centimètres vers le point axial gauche. Une fois cette position atteinte, la seule préoccupation doit être de faites pivoter le tronc dans la direction de la cible. En ce qui concerne la position des épaules, l’abaissement de la droite ou le relèvement de la gauche n’est pas immédiat car les épaules se déplacent toutes deux dans un plan pratiquement horizontal avant que celle de droite ne descende de manière décisive et que celle de gauche ne monte en tournant.

A lire aussi : Comment fixer un ciel de lit au plafond ?

Si l’épaule droite est levée trop tôt, la rotation autour du point axial gauche est empêchée. La jambe gauche doit rester très ferme car elle doit résister à la transition du tronc autour du point axial gauche. La rotation du torse se poursuit jusqu’à ce que les hanches soient complètement tordues, la poitrine faisant face à la cible et l’épaule droite plus avancée que la gauche. En même temps que le corps tourne, le poids se déplace principalement vers la gauche avec une sensation de pression notable sur le talon gauche.

Lire également : Quel type de sable pour poser les dalles ?

Dans le poste de finition, le corps est pratiquement droit tandis que la colonne vertébrale est légèrement arquée – la tête est légèrement inclinée et l’épaule droite est plus basse que celle de gauche. L’ensemble du processus est une question de séquences exécutées correctement et ce qui peut dans une plus grande mesure l’affecter, c’est une action exagérée des jambes, parfois excessivement latérale et parfois trop rapide. Il est essentiel que le talon droit reste au sol jusqu’au moment où la contre-rotation du tronc ne provoque pas naturellement sa montée. Les jambes des bons joueurs ont naturellement tendance à aller trop loin vers l’avant et à prendre le dessus du corps. Il est donc nécessaire de favoriser le sentiment que c’est le tronc qui dirige la partie inférieure du corps en direction de la cible. Il ne fait aucun doute que c’est exactement le contraire de ce que vous avez toujours entendu parler du swing (c’est la partie bas du corps qui traîne les bras et le bâton à l’action), mais n’ayez pas peur car une fois la phase de transition correcte surmontée, ce sont les jambes elles-mêmes qui stabilisent tout le processus de dévissage du tronc.

Pour un bon équilibre, maintenez votre position finale pendant quelques secondes. Une fois que les trois aspects de la rotation ont été assimilés mentalement : le backswing, le passage et le downswing, il suffit de se connecter en un seul mouvement qui peut être illustré de deux manières : 1. Le mouvement à effectuer peut être comparé au chiffre huit : le flanc droit tourne vers la droite dans le backswing ; les hanches se déplacent légèrement en diagonale vers la droite de la cible au début de la descente ; le flanc gauche complète le chiffre huit en tombant lorsque le corps a traversé la balle. 2. Imaginez-vous debout à l’intérieur d’un tonneau avec votre flanc droit 5 centimètres sous le bord et le côté gauche à 15 centimètres du côté opposé. Il est ainsi possible de comprendre comment se produit le mouvement latéral dans le balancement arrière avant de commencer la rotation et le mouvement latéral/diagonal correspondant.

Aménagement