Où évacuer la Terre ?

A voir aussi : Quel support de tapis en pierre ?

Je le cherche et je ne le trouve pas. Je vais par là, j’y vais, où est-ce que ça va être ?

Scartabello, joli grattoir, look laid, beaux bustes, tous les goûts, je le trouve à la fin. La voici, l’affiche dont je me suis souvenu, maintenant une pièce de musée, musée de la Gravina de l’architecture napolitaine qui était, au lieu de cela, se mettre en dessous ! ! !

A voir aussi : Le sol remplace-t-il la Terre ?

J’ai trouvé l’affiche de 35 x 50 cm. écrite par CUCAN, Cellule de l’Université d’architecture communiste de Naples en juin 1971 (imprimé par Luciano Ricchi).

Le design est de Geppino Cilento, un signe graphique et gustatif incomparable, souvent sans affectation (et le moule) de la Fédération PCI de Via dei Fiorentini, l’abbascio ‘or fuosso. Je l’ai fait scanner, l’affiche de CUCAN, je vous l’éclaire de bonne humeur. J’espère que c’est apprécié.

De la conception militante du Cilento, le monstre capitaliste farty et moite de la spéculation financière immobilière, Ô窠; le vorace un démon qui offre sur une plaque d’argent le Rione Terra di Pozzuoli, l’ancienne acropole des CAF (Champs Phlégréens) ou la magna magna magnagrecia aujourd’hui de la nouvelle économie tertiaire qui se profilait à l’horizon : le Bagnoli de l’Italsider n’est pas loin et vacille depuis un certain temps, mais il est

Mais il y a l’op- op- op- position, la classe ouvrière, le parti ouvrier qui supervise et dénonce, Ôçª qui se concentre sur les productions et les traditions anciennes, sur l’histoire, sur les racines des gens dans les lieux, dans les centres anciens et les centrilles. Et alors il crie : The Earth Ward appartient aux Pêcheurs, un slogan qui est le titre du manifeste de Geppino (qui sera alors Ordinaire de composition architecturale dans la même Gravina napolitaine, éd.).

Au verso de la feuille, il y a une colonne dense de caractères imprimés qui, avec le langage développant typique de l’époque, effectue l’analyse de la phase et trace la ligne, tout en mettant le point en question. Pointe et tête, tête par-dessus. Je scanne et je l’enferme, s’il vous plaît.

Donc, en résumé : c’était une lutte difficile sans crainte, une lutte sociale, une lutte de classe, mais les lutteurs ne se sont pas non plus réconciliés avec les préfets qui, comme on le sait, sont très importants dans l’histoire de l’architecture et dans les choix de l’urbanisme. Le plus connu est le baron Haussmann, comme on le sait, est notoire : il est le parfait préfet de la refonte moderne de Paris à la fin du XIXe siècle, après la Commune.

Mais il convient également de noter notre Francesco Libra (Volturara Appula, Foggia, 18 mars 1906 o), diplômé en droit et en 1943 membre du Cabinet du Conseil des ministres. La Balance pèse dessus et c’est toujours à peu près. Il nous regarde de manière décisive et précise depuis le sommet de la paroisse terrestre de Pouzzoles.

Il a été préfet de Naples de 1964 à 1971 et, sous cette forme, il a été le protagoniste d’un événement absolu : l’évacuation de l’ancienne Pouzzoles, le Rione Terra. C’était il y a exactement 46 ans, les 2 et 3 mars 1970. Et donc nous en parlons sur ce blog, à la mémoire.

Reprenons du recul : le 21 février 1970, l’Unité, organe du PCI, a tourné neuf colonnes, en première page, la nouvelle du bradysme de Pouzzoles en cours. Excellent acte, c’est voulu. L’article était dû à la plume incisive d’Eleonora Puntillo, une journaliste militante napolitaine qui a fait un scoop (involontaire) ; en fait, il a été sympathique ou déclare aujourd’hui, ou le matin du 20 février 1970, il a été conduit à la jetée du port de Pouzzoles pour quelques heures de détente.

Elle a laissé son mari sur une jetée avec une canne à pêche qui rôdait du poisson et a fait le tour du port, Ôçª, puis a erré autour de Pozzuoli Ôçª et a vu et noté dans le cahier qu’il était en place depuis des jours et des jours, un grand acte, le phénomène du bradysme : lentement, où, centimètre par centimètre, le Phlégréen la terre brûlante montait, comme cela se produit depuis des siècles, depuis des millénaires, toujours Ô窠; les gens de Pouzzoles étaient Elle y est habituée et elle n’est pas là Cela fait beaucoup de cas et de remise. Il ne se gâte pas.

Tout est sous contrôle : la terre est mobile, elle est humorale,.. elle monte et descend, elle monte et est plus douce, vous savez, c’est adda s’échappe, ôçª adda passe ! (Et ce n’est pas un hasard si cette terre dansante a donné naissance à ce phénomène de la nature qu’est Sophia Loren (à la naissance Scicolone, éd.), God Look depuis encore cent ans !

Le phénomène du danseur en cours, en ce sens qu’il y a 20 février 46 ans, était cependant pertinent : maintenant plus de 50 cm (il atteindra un point maximum de 130 cm.) ; compte, les avantages et les inconvénients, le chemin et le retour, il a évalué que la nouvelle était là, savoureuse, c’était du mouvement, du terrain mouvementiste et c’est ainsi que Puntillo a fait un point et cela a suffi : il s’est rendu à la rédaction, il a rédigé l’article pour lui-même (avec des tons prudents et prudents, certainement pas alarmiste, soutient-il aujourd’hui) et malgré lui a déclenché le processus d’évacuation en chaîne.

Et quelle chaîne, scroschh ! ! !

À propos de cette nouvelle de l’Unity se sont mis à pêcher (ceux que le mari de Puntillo n’avait pas pêchés, semble-t-il, ed), les grands journaux de la Nordôçª

Les envoyés spéciaux, le Donnarumma et le Cazzaniga sont descendus à l’assaut de Pozzuoli Ô窠; la grosse caisse médiatique a été mise en mouvement, qui pendant des jours et des jours a martelé, trompette et fléchi, générant ainsi L’événement dans un crescendo Rossini fait d’alarmes, de peurs, de panique, d’anxiété, de nouvelles gonflées d’art, est semant la terreur au sein de la population. Le scénario d’un film de Visconti : la terre danse à Pozzuoli Ôçª

Des mesures urgentes ont donc été réclamées avec une voix populaire ; l’illumination a été recherchée par la science, auprès des techniciens spécifiques de l’Observatoire du Vésuve, mais ils ont vacillé parmi le oui, le non et l’inconnu, ôçª attendez, voyons voir (le célèbre professeur Giuseppe Imbò était le leader de ces opinions de danseurs) « s’attendait à l’émergence d’un nouveau volcan, le dont l’emplacement a changé de jour en jour Ôçª ou une nouvelle île émergeant soudainement de la mer, comme cela s’était produit avec la célèbre Ferdinadea, de la vie éphémère Ôçª

Et c’est ainsi qu’après avoir évalué les faits locaux, les scientifiques et les légendes, les médiums et les paras normaux, après avoir entendu les autorités ministérielles supérieures, le préfet Balance s’est déséquilibré, il a décidé ! À des fins de prévention, de protection de la population civile, avant que la tragédie ne se matérialise, c’est-à-dire que le bradysme a fait des victimes, (à qui la responsabilité alors ?) le préfet a décrété l’ordre d’évacuer en cas de danger imminent. Évacuez immédiatement Earth Ward ! ! !

, L’armée est donc arrivée,… c’était les 2 et 3 mars 1970.

L’actuel conseiller à la culture, le célèbre galeriste d’art contemporain Alfonso Artiaco, se souvient aujourd’hui avoir déplacé les camions militaires alignés de l’Académie de l’armée de l’air domitienne à l’amphithéâtre Flegreo Oôçª très longues files d’attente qui ont donné sécurité et présence de l’État aux populations Ôçª

Ainsi, 30 000 personnes ont été évacuées de Pouzzoles, toutes pour être hébergées, pour assister : une masse de manœuvre, qui n’est pas indifférente ; de migrants dans des hôtels de la région, dans des villages touristiques de la côte domitienne ou à placer dans des zones immédiatement à l’intérieur des terres, à Giuglianeseçôª

une masse de votes et de vides qui espéraient obtenir un logement digne de l’expulsion forcée, voulait de nouveaux bâtiments Ô窠; puis il y aura aussi le coup de choléra 1973 (avec des trous sur l’économie de la région à cause des puits et fruits de mer interdits…) Ôçª

Enfin, la cerasella est arrivée sur le baba puteolan en feu : le tremblement de terre des années 80 (nous ne manquons rien) est Monterusciello,, le rêve d’Augustin sera construit, dont j’ai écrit en avril 2009 pour cette presse/T (cf. : La vie est un rêve pour les architectes. Et un cauchemar pour les habitants, (Nda).

Stop, c’est tout pour aujourd’hui.

Salutations et remerciements,

Eldorado

P.S. — Tout cela a été discuté à juste titre jeudi dernier au MANN (Musée archéologique national de Naples), avec des projections et des expositions organisées par Claudio Correale. Ils ont présenté Costanza Gialanella, chef absolu de la zone de la surintendance archéologique, et Eleonora Puntillo, journaliste.

Les intervenants

suivants ont pris la parole : Giancarlo Cosenza, architecte ; Alfonso Artiaco, conseiller ; les photographes Vincenzo Parlato et Ruggero Morigi (étudiant en architecture en 1970) ; ainsi que les cinéastes et les représentants des associations puteolennes qui font pression pour une gestion participative de la zone de la Terre restaurée, au-delà du Gestionnaire unique. Les vidéos suivantes ont été projetées : une larme du film de Nello Rusi réalisé en 1956 pour Olivetti ; Rione Terra en 1968 : Symphonie de la Terre, images d’un touriste allemand inconnu (avec la musique de Lorenzo Lamagna) ; L’abandon du Rione Terra, images inédites de 1970 par Vincenzo Parlato ; Souvenir du Rione Terra de 1970, par Ruggero Morigchi, accompagné d’interviews enregistrées par l’escadron Panther des Scouts Pozzuoli I de l’ASCI ; Pozzuoli Fiore d’Italia, 1970, images inédites collectées par Antonio Isabettini et Gennaro Martiello, voix de Luigi Di Fraia ; Burning, Flying on the Phlegrean Fields, 2014, de Michele Albano ; Souvenirs suspendus par un fil, installation de Claudio Correale. Pour plus d’informations sur le sujet : info@luxinfabula.it ; www.bradisisismoflegreo.it ; CHAÎNE YouTube : BRADISISME DES ARCHIVES VIRTUELLES

Gazon
Show Buttons
Hide Buttons