Quel est le prix de la tourbe ?

Le succès d’une culture dépend dans une très large mesure du sol, cela s’applique également et surtout dans le cas du potager en pot, où le petit terrain qui se trouve dans le conteneur représente la totalité de la plante à cultiver.

Le sol propice à la culture doit être drainant, mais en même temps capable de retenir l’humidité, il doit également être riche en éléments et microéléments importants pour le développement des plantes.

A lire aussi : Où évacuer la Terre ?

A découvrir également : Comment entretenir un terrain de football ?

Au pays d’un jardin ou d’un potager, il y a présence de multiples substances et formes de vie , c’est un environnement ouvert en échange et en changement continus. Le sol à l’intérieur d’un pot est plutôt un système fermé et limité, c’est pourquoi il est essentiel qu’il contienne dès le début les nutriments et les micro-organismes nécessaires à la croissance saine et luxuriante de la plante. De plus, il faudra intervenir périodiquement pour restaurer les substances qui sont progressivement consommées, enrichir le sol en engrais.

Pour notre jardin urbain, nous pouvons choisir d’acheter un sol prêt à l’emploi ou d’utiliser des terres récupérées comme substrat. Dans le premier cas, sur le marché, nous trouverons un large choix de terres, même déjà fertilisées. Il existe des sols universels, avec un mélange équilibré de nutriments qui peuvent être bons pour la plupart des plantes, ou des terres conçues pour une culture spécifique ou une catégorie de plantes.

Trouver le terreau

Il n’est pas évident de trouver un substrat de bonne qualité, adapté à la culture en balcon. L’obtention de terres peut sembler banale, mais on ne dit pas qu’une terre maraîchère puisse être utile à cette fin. Aller chercher un palais de terre dans un champ peut s’avérer être une mauvaise option.

Si nous voulons prendre le terrain, il faut le choisir en pelouse ou idéalement en forêt  : la terre laissée à nu sans couvertures perd de sa vitalité de ses micro-organismes. Mais attention à ne pas s’en prendre à la forêt depuis son sol.

La présence de vers de terre peut être un bon indicateur de fertilité. Avant de prendre le sol, il est préférable d’enlever la couche superficielle , en la nettoyant ainsi des racines de la pelouse ou des feuilles pourries de la forêt, en éliminant également les pierres.

Analyse et amélioration des sols

Avant de mettre la terre dans un pot, il est préférable de vérifier le pH , qui peut être facilement mesuré avec un papier tournesol.

Si la terre est argileuse, il est bon d’ajouter du sable de rivière, qui peut être acheté dans un centre de construction bon marché, ce qui favorise le drainage. Comme fertilisation , nous pouvons ajouter du compost, du fumier granulé, du fumier bien mûr ou de l’humus de ver de terre. Nous avons étudié l’utilisation de l’humus dans le terreau, car c’est une substance vraiment efficace pour aider les plantes.

Acheter du terreau

Le terreau ne coûte pas cher et peut être un moyen de s’assurer que vous disposez d’un substrat approprié pour la culture, en particulier pour ceux qui ne sont pas expérimentés, cela peut être la meilleure idée.

Si nous choisissons d’acheter des sacs de terre, nous devons opter pour une terre autorisée en agriculture biologique  : si vous voulez cultiver des légumes sains en terrasse, il est bon de partir d’une terre sans produits chimiques. Il s’agit généralement de substrats de terre enrichis en tourbe et en matière organique compostée.

La tourbe est un excellent matériau, mais même si elle est d’origine naturelle, elle n’est pas une ressource facilement renouvelable et son extraction est un désastre écologique. Comme alternative, nous pouvons évaluer les sols à base de fibre de coco.

Le sol universel est parfait pour produire des légumes, tandis que d’autres cultures telles que les agrumes et les baies peuvent nécessiter plus de terre spécifique aux plantes acidophiles.

Je ne recommande pas de prendre un sol déjà fertilisé : vous pouvez facilement prendre de la terre simple et ajouter de l’humus ou du compost. Cela permet généralement d’économiser sur le coût d’achat et d’ajuster la quantité d’engrais en fonction de la culture choisie. D’autant plus que le compost peut être produit sans frais à partir de vos déchets de jardin et de cuisine.

Le drainage sous terre

Pour assurer un bon drainage, en évitant une stagnation dangereuse de l’eau au moment de l’arrosage, il est très utile de mettre une couche de gravier ou d’argile expansée au fond des pots, sur laquelle commence ensuite à se remplir de terre. Cela facilite l’écoulement de l’excès d’eau vers la soucoupe et aide grandement à prévenir les maladies des plantes.

Article de Matteo Cereda

Vous avez aimé cet article sur le potager en pot ? Laissez un commentaire. Pour rester En contact, vous pouvez vous abonner à la newsletter ou suivre la page Facebook ou Instagram.

Gazon
Show Buttons
Hide Buttons