Quelle fête aura lieu le 11 août ?

Le 17 août 2021, la Commission centrale des finances et des affaires économiques, dirigée par le président-secrétaire Xi Jinping, a publié un document au ton historique.

« La prospérité partagée matérielle et spirituelle (gongtóng fùyù) est une exigence essentielle du socialisme »

A lire en complément : Comment éliminer naturellement les pucerons sur les roses ?

Les slogans sensationnalistes n’ont rien de nouveau sous les latitudes de Pékin, mais « Prospérité partagée » est l’un de ceux qui sont désignés pour durer, que la poursuite du chemin du développement chinois le dise positivement ou non.

La Commission mentionnée n’est pas n’importe quel organe de l’appareil bureaucratique dense de la Chine, mais représente l’expression maximale de la planification économique et financière de l’État partie.

A lire en complément : Comment utiliser le rond-point ?

Fondée en 1980 pour diriger et superviser le processus de réforme et d’ouverture promu par Deng Xiaoping, la Commission est un organe superministériel, composé de 25 des plus hauts postes de la gouvernance chinoise et présidé par le secrétaire Xi Jinping et par le Premier ministre Li Keqiang. Toutefois, confirmant l’approche progressive historique de l’adoption et de la mise en œuvre des réformes, l’expression « prospérité partagée » n’est pas apparu pour la première fois en août de cette année.

Cette nouvelle politique a déjà été lancée au début de l’été dans le Zhejiang, une province côtière non seulement parmi les plus riches en termes de PIB par habitant, mais où les inégalités entre zones urbaines et rurales sont parmi les moins marquées de la Chine continentale.

L’offre de bien-être et la structure de production, parmi les plus avancées tant dans l’industrie manufacturière que dans les services, en font un exemple vertueux que tout le pays doit suivre.

Comme le montre le document final de la Commission, la « prospérité partagée », loin d’être un simple projet pilote, représente le cadre idéologique avec lequel le parti souhaite apporter organicité, planification et accélération à la dernière décennie de politiques macroéconomiques et social.

Du « riche est glorieux » de Deng au « retour plus » de Xi.

« Laisser certains s’enrichir d’abord » est l’une des phrases les plus célèbres de Deng Xiaoping. Livrée en 1992 lors de son célèbre voyage dans les provinces côtières du sud, cette maxime est devenue un paradigmatique à la fois du succès et du développement inégal du « socialisme aux caractéristiques chinoises ».

Je me demande si le « petit timonier » en visitant la ville de Nanxun, dans le Zhejiang, aurait jamais imaginé que le 1% le plus riche de la population urbaine chinoise s’accumulerait au cours des 20 années suivant l’incroyable somme de 5 000 milliards de dollars, soit 66 % du PIB de 2011.

Comme il ressort clairement de la lecture du document final de la Commission, l’héritage de Deng résiste toujours :

« Nous avons réalisé que la pauvreté n’est pas du socialisme ; nous avons brisé les contraintes du système traditionnel ; et nous avons promu l’émancipation et le développement de forces sociales productives, permettant à certaines personnes et à certaines régions de s’enrichir en premier ».

La polarisation des richesses en Chine est désormais bien connue et certifiée par un indice de Gini (38,5, WBD) supérieur à celui enregistré dans de nombreuses puissances capitalistes « proprement ». Les inégalités et les écarts d’opportunités affectent toutes les sphères de la société, depuis les profondes différences susmentionnées entre les zones urbaines et rurales, entre les provinces intérieures et côtières, jusqu’à l’accès à l’éducation et à des soins de santé de qualité.

Une manifestation plastique de cette hiérarchie au sein de la population est donnée par le système de citoyenneté provinciale (système Hukou) qui lie la fourniture de l’aide sociale à la province de naissance uniquement, ne permettant pas à environ 290 millions de travailleurs et de travailleurs migrants, ainsi que leurs familles, de jouir d’une des droits reconnus par la Constitution tels que l’école, la santé, la sécurité sociale protection sociale et professionnelle. Avec un tel système de discrimination interne, il n’est pas surprenant qu’environ 200 millions de Chinois, en particulier les migrants, vivent avec un revenu égal ou inférieur à 2000 yens par mois (environ 270 euros).

Le revers de la médaille est représenté par un autre record réalisé en Chine, un pays qui, dès la première année de la pandémie, est devenu l’hôte du plus grand nombre de milliardaires du monde (878, liste Hurun) dépassant les États-Unis (788, Forbes).

En Occident comme en Orient, les plus riches sont les fondateurs et propriétaires de grandes marques technologiques, des plateformes numériques telles que Tencent, Alibaba et Meituan aux fabricants de TIC tels que Huawei.

Comme le montrent les « paroles de Xi », ce ciseau que l’on vient de décrire représente le nœud qui doit être délié aux politiques redistributives de la « prospérité commune ».

Cependant, la nouveauté ne réside pas dans l’adoption d’une rhétorique égalitaire, mais dans les mots doux-amers réservés à ceux qui individuellement, a profité de l’essor du pays.

« Nous devons renforcer la réglementation sur les revenus plus élevés et encourager les particuliers et les entreprises les plus riches à redonner davantage à la société dans son ensemble. Nous devons guérir et réglementer les revenus déraisonnables, réorganiser l’ordre de distribution des revenus, et résolument interdire et supprimer les revenus illégaux. »

La suite du document énumère les objectifs précis de cette nouvelle fiscalité : d’une part, la nécessité de réformer le bien-être par une homogénéisation territoriale des services et une amélioration du système éducatif, de la santé et du système de retraite ; d’autre part, il est clairement fait référence à la nécessité pour élargir la classe moyenne et réduire les segments aux extrêmes de la répartition des revenus du pays.

Les premiers pas de la « prospérité partagée ».

Le 3 novembre 2020, la nouvelle selon laquelle les débuts ont fait sensation mondiale sur la bourse d’Ant Group, la branche financière de l’empire Alibaba, avait été bloquée par les autorités compétentes pour « modifications du cadre réglementaire ».

Au-delà des raisons officielles, il a immédiatement été clair comment le parti utilisait le bloc de l’introduction en bourse pour rééquilibrer les relations avec la puissance économique écrasante des plateformes numériques. À partir de cet épisode, l’agression réglementaire du Parti à l’égard des grandes technologies s’est concentrée sur trois domaines : la stabilité financière, la lutte contre les monopoles et la sécurité des données.

Le 7 février 2021, l’organisme public de surveillance des règles du marché (SAMR) a lancé de nouvelles lignes directrices contre le comportement monopolistique des plateformes numériques.

Au cours des sept derniers mois, Hang Seng Tech et le dragon d’or du Nasdaq ont perdu environ 50%, un effondrement du secteur technologique qui semble avoir touché l’ensemble de la bourse chinoise, comme l’a démontré la flexion de 15,5 % ont souffert de la liste des prix synthétiques Shanghai-Shenzhen CSI 300 au cours de la même période.

Toutes les principales plateformes numériques ont reçu des sanctions liées aux nouvelles lignes directrices : Alibaba pour 2,8 milliards de dollars, Tencent pour 1,5 et Meituan pour 500 millions.

Ce nouveau cadre antitrust intimidant chevauche la nouvelle « Loi sur la sécurité des données », en vigueur depuis le 1er septembre, qui a durci les règles relatives à l’utilisation, à la collecte et à la protection des données collectées sur les plateformes numériques.

L’aspect principal concerne une nouvelle discipline dans la transmission des données en dehors du pays (articles 31 et 36), avec une attention particulière aux disciplines industrielles.

Plus grande confidentialité et protection des utilisateurs garanties par le contrôle gouvernemental, ce qui pourrait miner la rentabilité d’un modèle commercial fortement basé sur la circulation, le traitement et la vente de grandes dattes.

En ce qui concerne la stabilité financière, les règles plus rigoureux en termes d’endettement et d’accès financier aux grandes entreprises technologiques ont pris le devant de la crise du marché immobilier. En septembre, les actifs immobiliers « Evergrande » et « Fantasia », deux des plus importants du pays, ont failli faire défaut, une option qui reste concrète sans renflouement du système bancaire de l’État.

La vague répressive et réglementaire a dépassé d’autres secteurs tels que le jeu et l’influence des réseaux sociaux. Dans le premier cas, des règles ont été introduites concernant le minutage de l’utilisation de jeux informatiques et d’applications pour mineurs. Dans le second cas, davantage de taxes sont promises sur les revenus liés à l’utilisation de votre image à des fins publicitaires.

Enfin, il faut dire quelques mots sur les perspectives du nouveau taux d’imposition.

Comme mentionné plus haut, le document sur la prospérité partagée donne un aperçu général des objectifs de redistribution mais elle n’entre pas dans les mérites des politiques nécessaires à leur réalisation.

Néanmoins, des références claires au système fiscal sont lues entre les lignes. La Chine est fortement régressive : les impôts sur le revenu sont très bas et les recettes sont fortement basées sur les recettes de la TVA, donc sur la consommation. De plus, il n’y a pas de taxes sur les biens immobiliers et les successions. Ces derniers éléments peuvent être considérés comme la base de la croissance spéculative du marché immobilier urbain.

Il faudra du temps pour voir si le non-dit de Xi se transformera en réformes. Ce qui est clair à ce jour, c’est la fin des facilités pour les plateformes numériques.

Au XXIe siècle, la volonté politique centrale a permis aux grandes technologies chinoises de bénéficier d’une fiscalité réduite, ce qui leur a permis de payer des impôts sur les revenus des entreprises entre 10 et 15 % contre 25 % en moyenne pour les autres secteurs productifs.

Comme l’a annoncé Alibaba lui-même dans En août, le gouvernement chinois l’a informée qu’elle ne sera plus considérée comme une entreprise de logiciels clés (KSE).

Un sort qui se profile pour toutes les entreprises technologiques et plateformes numériques, où l’État ne représente pas l’actionnaire majoritaire.

Conclusions.

Comme je l’ai dit au début, la « prospérité partagée » pouvait plus qu’un simple slogan être interprété comme un nouveau cadre idéologique visant à poursuivre la combinaison de la stabilité sociale et de l’essor économique, qui était l’architrave et la boussole du parti-État à partir des événements de la place Tiananmen.

Cependant, je pense qu’il ne faut pas se laisser enchanter par la promesse redistributive qui, contrairement à ce que les dirigeants du parti voudraient promouvoir, n’est pas intrinsèquement incompatible avec un commandement capitaliste dans l’économie.

À l’approche de son troisième mandat, le président Xi réaffirme qu’il n’y a pas de place pour une « expansion désordonnée » en Chine du capital » : le Parti restera régulateur et décideur du développement de la société ; aucun groupe privé « externe » ne sera autorisé à exercer une influence similaire à celle vécue par les plateformes numériques dans le contexte déréglementé de la dernière décennie.

Alors que le président Xi continue de poursuivre le compromis d’une économie de marché socialiste, poursuivant le pragmatisme de Deng, de l’autre, réinterprétant Mao, il affirme que « la politique (de son parti) doit être aux commandes ».

REMARQUES :

1 La traduction anglaise est disponible ici https://www.neican.org/p/towards-common-prosperity par Adam Ni.

2 Voir « Cent ans du Parti communiste et un objectif : une prospérité commune » d’Alessandra Colarizi publié dans le Manifeste du 5 juillet 2021.

3 Voir « China Credit Conundrum » de Victor Shih 2019.

4 Comme il se réfère à 2016, tiré de la Banque mondiale date.

5 Données tirées de « Prospérité commune en Chine : riches ou pauvres, les gens se posent des questions sur la tentative de Pékin de répandre la richesse » de He Huifeng publié dans South Morning China Post le 11 septembre 2021.

Liste 6 Hurun 2020, source https://www.cnbc.com/2020/10/20/chinas-billionaires-see-biggest-gains-ever-fueled-by-ipos.html.

7 Pour la première année pandémique, il est fait référence à 2020, en 2021, selon la liste Hurun, les milliardaires chinois sont devenus 1058.

8 https://www.china-briefing.com/news/china-antitrust-guidelines-enforcement-online-economy/

9 Données provenant de « https://indexes.nasdaqomx.com/Index/Overview/HXC et https://www.hsi.com.hk/eng.

10 Le CSI 300 de Shanghai-Shenzhen propose la performance des 300 plus grandes entreprises cotées dans les deux centres financiers.

11 Promulguée lors de la 29e session de la Commission permanente de la 13e Assemblée populaire nationale.

12 Pour plus d’informations, voir

https://www.china-briefing.com/news/a-close-reading-of-chinas-data-security-law-in-effect-sept-1-2021/ 13 Voir aussi « Going after the private sector : Xi on mission » de George Magnus, chercheur associé à l’Université de Soas, publié sur le site Web du China Institute de cette université.

14 Voir https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-06/alibaba-said-to-warn-of-higher-taxes-as-china-crackdown-widens

15 « Vous devriez mettre la politique en ordre, aller voir les masses et ne faire qu’un avec elles » est une phrase célèbre de Mao Zedong prononcée en 1966 pendant la révolution culturelle.

News