Olivier : quelle maladie peut-il développer ?

Les arbres sont des plantes pérennes productrices d’oxygène purificateur d’air sur lesquels repose la survie de l’humanité et de plusieurs espèces mammifères. Cependant, ils sont quelquefois victimes de plusieurs maladies qui sont létales et abrègent leur durée de vie. L’olivier par exemple figure parmi les arbres les plus perpétuels avec une durée de vie de plus de 1 600 ans et bénéfiques à l’homme. Malheureusement, il est fragile et vulnérable face à certaines maladies qui progressivement, l’abîment et finissent par le tuer. Découvrez dans cet article les maladies auxquelles est sujet l’olivier afin de prendre à temps les précautions adéquates.

La fumagine

L’olivier est un arbre très résistant et perpétuel qui apporte de nombreux bienfaits à l’organisme humain. Cependant, malgré sa résistance et sa longévité, il est chétif face à la fumagine, à l’instar de tous les autres arbres. En effet, la fumagine est une maladie cryptogamique qui se caractérise par l’apparition de suie noire et charbonneuse sur les feuilles de l’olivier.

A lire également : Maison jumelée et maison mitoyenne : Quelle différence ?

Cette suie provient de la présence de champignons saprophytes et ascomycètes générés par le biais du miellat (fèces sucrées collantes et incolores) sécrété par des insectes suceurs et piqueurs. Lorsque ce dépôt de moisissure noire est fait sur les feuilles de l’olivier, ces dernières s’affaiblissent progressivement et perdent leur vivacité.

Heureusement, il est possible de se débarrasser facilement de la fumagine en nettoyant les feuilles atteintes avec de l’eau ou à l’aide d’une pulvérisation. Si ces feuilles ne sont pas rapidement débarrassées de cet excrément, l’arbre peut être gravement atteint et sa photosynthèse sera impactée.

A lire également : Comment fixer le panneau de bois sur le treillis rigide ?

Le pourridié

Encore appelé carie des racines, le pourridié est une maladie mortelle pour la quasi-totalité des arbres, dont l’olivier. C’est une maladie végétale lignine et parasitaire caractérisée par la décomposition graduelle du bois des racines des arbres à travers l’insertion d’une pourriture racinaire. Elle est causée par des champignons saprotrophes et lignolytiques qui, se nourrissant de bois, apparaissent et entraînent la désagrégation des tissus végétaux de l’arbre atteint.

Ces champignons sont de deux ordres : certains se contentent d’anneler l’olivier au collet et le tuer à petit feu alors que l’autre catégorie émet des caries qui atteignent les souches et le tronc de l’arbre. Le pourridié est l’une de ces rares maladies qui ne font pas apparaître les symptômes dès qu’elles attaquent les ceps.

Ces derniers se manifestent lorsque la contamination est déjà répandue et l’arbre est sur le point de mourir. À cause de ceci, il est souvent très corsé de l’éliminer et sauver l’olivier.

L’œil-de-paon

De son nom scientifique cycloconium, l’œil-de-paon est une maladie spécifique aux oliviers et toujours provoquée par les champignons. Contrairement au pourridié, il est facilement reconnaissable, car lorsqu’il atteint votre olivier, vous verrez sur ses feuilles des cercles au contour noir mesurant 5 mm de diamètre.

À la suite du temps, ces feuilles choient, et ceci, après avoir énormément jauni. L’œil-de-paon est néfaste à l’olivier. Même si celui-ci n’est pas mortel, il amenuise la qualité de ses fruits et réduit donc les avantages que vous tirez de votre olivier.

Le chancre de l’olivier

olivier

À l’instar du pourridié, le chancre de l’olivier est une maladie parasitaire causée par des bactéries infectieuses qui endommagent l’écorce et l’aubier de l’olivier. Il se manifeste par l’apparition de calfeutrages identiques à des verrues sur le bois et occasionne le coupage de la branche atteinte. Il apparaît souvent à la suite d’une plaie sur la branche ou sur le rameau. Aucun traitement n’a jusque-là été trouvé pour cette maladie même si elle n’est guère létale.

La pyrale du jasmin

Encore dénommée pyrale de l’olivier, la pyrale de jasmin est un insecte méditerranéen holométabole de 3 à 5 cm qui attaque principalement les feuilles de l’olivier. Ces dernières lui servent d’alimentation et il déclenche l’apparition d’épiderme qui provoque à son tour la culbute prématurée des feuilles attaquées.

La verticilliose

La verticilliose de l’olivier est une maladie grave et mortelle causée par des champignons telluriques, des agents infectieux et dimorphes qui atteignent les oliviers et bien d’autres arbres. Ce champignon, généralement présent dans le sol, attaque les racines de l’olivier et étouffe son système cardiovasculaire. Lorsque l’olivier est atteint, les rameaux et les branches se dessèchent et le bois prend une couleur brun-rouge.

News