Quelle est la différence entre la terre et la terre végétale ?

Pour cultiver le potager avec de bons résultats, il est important de connaître le sol disponible , cela nous permet de connaître les points forts et les lacunes que nous pouvons améliorer en cultivant, en particulier avec la transformation et la fertilisation.

Une terre agricole peut être classée selon différents paramètres  : par exemple, il peut s’agir d’un sol acide ou basique, selon la valeur du pH, ou il peut être argileux, limoneux, sableux ou franc à base de tissage. La texture ou la taille des grains est précisément l’un des paramètres les plus importants.

A lire aussi : Comment faire des rouleaux d'herbe ?

A lire aussi : Quel sable choisissez-vous ?

Le but de cet article est d’identifier les principaux types de sols, d’ apprendre à les reconnaître et à les travailler de la meilleure façon possible. Nous allons donc découvrir les principales caractéristiques des différents terrains que nous pouvons rencontrer.

Les plantes horticoles sont généralement adaptables et peuvent pousser dans des substrats très différents, Cependant, lorsqu’ils trouvent le sol idéal, ils se développent mieux et offrent de meilleurs rendements en termes de quantité et de qualité. Pour ceux qui veulent pratiquer la culture biologique, une bonne gestion des terres est doublement importante : elle contribuera à prévenir les problèmes de maladies et de moisissures.

La texture du sol

Une caractéristique fondamentale du sol à des fins agricoles est sa texture. Il s’agit d’un paramètre physique qui concerne la taille moyenne des particules qui composent la terre du champ . Un sol peut être principalement composé de particules à grain grossier ou à grain fin, de ce fait, il réagira très différemment au traitement et aura une capacité différente à retenir l’eau et les nutriments.

Nous définissons les plus grosses particules de sable, l’argile la plus fine et les particules intermédiaires de limon.

Sur cette base, nous identifions quatre principaux types de terrain :

  • Terrain argileux (à grain fin)
  • sol limoneux (à grain moyen)
  • Sol sableux (grossier)
  • Sol libre (où des particules de grains différents sont présentes, mais aucune n’est présente)

Bien entendu, un sol n’est pas seulement composé de particules d’une taille donnée, la texture est estimée en fonction de la taille moyenne des particules . Un sol argileux peut donc être très argileux ou légèrement argileux, tendant à être limoneux.

Il y a des sols qui sont « à la frontière » de deux caractères : par exemple argileux, franc sableux, limoneux limoneux…

La texture est un facteur très important car de nombreuses caractéristiques importantes pour les plantes cultivées en dépendent  : la capacité du sol à retenir l’eau et les éléments nutritifs, sa tendance à se compacter ou à rester meuble, perméabilité des racines,… Pour cette raison, il est essentiel de savoir quel type de sol nous cultivons.

En plus du tissage, les sols peuvent être classés d’autres manières :

  • Sol caillouteux ou caillouteux (forte présence de pierres).
  • Sol graveleux (comme du sable, avec de petites pierres)
  • Sol tourbé (composé d’une grande partie de tourbe).
  • Sol calcaire (avec une forte présence de calcium, de carbonate de calcium supérieur à 20%).

Une classification distincte est donnée par la valeur du pH du sol :

  • Sol acide (pH faible, inférieur à 5,5)
  • Sol neutre (pH neutre, environ 6)
  • Sol alcalin ou basique (pH basique supérieur à 7,5)

Ci-dessous, nous allons d’abord voir comment se faire une idée du type de terrain, puis nous allons entrer plus en détail sur les différents terre, en examinant ses caractéristiques.

Comprendre le type de terrain

Un jardin familial cultivé comme passe-temps ne nécessite pas nécessairement que la terre soit analysée en laboratoire . L’analyse est un moyen sûr de savoir quel type de terrain nous possédons et elle est très intéressante, mais elle implique une dépense considérable (de 50 à 300 euros selon son degré de minutie).

Heureusement, il existe différentes façons de se faire une idée des caractéristiques de votre sol indépendamment , sans frais. Si de grandes extensions sont cultivées pour faire de l’agriculture de revenu, il devient important et avantageux d’investir dans une analyse professionnelle, en prélevant des échantillons de terres à emporter au laboratoire.

À vue, nous pouvons déjà observer certaines caractéristiques, un œil expert évalue le terrain en fonction de sa compacité et de son comportement pendant les pluies. Un sol caillouteux ou graveleux, bien sûr, il se distingue à première vue par la quantité de cailloux, tandis qu’un sol tourbé est sombre, surtout en surface, doux au toucher et de consistance grumeleuse (vous remarquerez des restes). plantes pas complètement décomposées).

Une méthode empirique de « bricolage » pour évaluer la taille des particules est réalisée avec un simple verre, tandis que le pH est détecté avec un simple papier tournesol. Pour plus d’informations sur l’évaluation des substrats, consultez l’article consacré à l’analyse des sols .

Évaluer le tissage

Une première évaluation rapide consiste à serrer au poing une poignée de terres de notre futur jardin  : s’il se compacte puis se désintègre difficilement, nous avons affaire à un sol. argileux, vice versa, si un bloc ne se forme pas, le sol sera meuble et sablonneux.

Pour mieux évaluer la texture du sol, nous pouvons également effectuer un test simple à l’aide d’un verre. ou un pot transparent.

  • Prélevez des échantillons de sol et choisissez-les à différents endroits du jardin. La terre ne doit pas être prise en surface mais en dessous du niveau, de 5 à 20 cm de profondeur.
  • Remuez la terre pour obtenir une moyenne de notre sol.
  • Mettez la terre dans un bocal transparent dans lequel nous ajoutons de l’eau. La Terre doit être d’environ un tiers du volume.
  • Remuez vigoureusement .
  • Laissez-le se régler un jour.
  • Observez le pot et les couches qui se sont formées  : le sable, le limon et l’argile se déposeront séparément en couches. Nous distinguerons la couche de sable au fond, l’argile et, en observant, nous pouvons comprendre comment notre sol est composé. Nous verrons dans notre bocal la couche de sable, juste au-dessus du limon et de l’argile. De là, il est clair s’il s’agit d’une terre plus argileuse. plutôt que riche en limon ou en sable.

La mesure du pH

Il est également très utile de comprendre si notre potager a un sol acide ou basique, ce que nous pouvons toujours faire en prélevant les échantillons de sol du jardin et en les testant avec un test décisif, qui peut être facilement acheté en pharmacie. J’ai écrit un article dédié à ce sujet.

En savoir plus : Mesure du pH du sol argil

Les sols argileux sont des sols lourds ou compacts, fatiguants à travailler, surtout lorsqu’ils sont mouillés, ils retiennent l’eau et lors de la fabrication du potager, un traitement minutieux est nécessaire pour éviter qu’ils ne se compactent et créent une stagnation de l’eau.

Avantages  : fertile, conserve sa nourriture pendant une longue période et possède des capacités de rétention d’eau élevées.

Défauts  : c’est un type de sol lourd : il se compacte très facilement et est résolument fatigant à travailler. Lorsqu’il pleut, il se forme facilement une gorgée d’eau, reste humide pendant longtemps et boueux, il est donc souvent trop humide pour être traité et peut favoriser des maladies fongiques.

En savoir plus : Sol argileux et comment l’améliorer Sol sableux

sable est la plus grosse particule qui constitue la texture du sol, il en résulte un sol très meuble Le . Les sols sablonneux sont des sols à forte concentration de sable, généralement pauvres en éléments nutritifs et rares en eau de rétention. Ils sont faciles à travailler mais doivent être irrigués souvent et un fumier soutenu est nécessaire pour fournir des substances organiques (comme alternative au fumier, le compost peut également être utilisé). La matière organique a pour rôle d’atténuer les défauts du sol sableux.

Avantages  : il reste lâche pendant longtemps, sans se compacter et il est très facile à travailler, évitant d’avoir à bousiller souvent. S’il pleut, il draine très bien l’excès d’eau sans stagner et sèche rapidement. Sa nature lâche le rend génial. pour les légumes-racines tels que les carottes et les radis.

Défauts  : Il sèche facilement et nécessite donc une irrigation fréquente, de même qu’il s’épuise rapidement en éliminant les nutriments.

En savoir plus : Sol sableux : caractéristiques et conseils

Le sol limoneux est composé de particules de taille intermédiaire. Étant un terrain d’entente entre le sable et l’argile, le limon en termes d’oxygénation et de drainage est un bon compromis et, contrairement à un sol trop meuble, il parvient à retenir l’humidité et la nourriture. En revanche, il est facile à compacter, surtout en surface, cette croûte de surface asphytique est très mauvaise pour les plantes potagères et est évitée par des désherbages fréquents.

Terrain gratuit

Les sols libres se caractérisent par une granulométrie très variée, avec la même présence d’argile, de limon et de sable. Ce sont des sols qui tendent à se compacter mais qui fonctionnent toujours facilement. Ils présentent un mélange de caractéristiques qui constitue souvent un excellent compromis entre les forces et les faiblesses des différents extrêmes.

Sol caillouteux ou graveleux

Ils sont reconnus à première vue pour la présence abondante de pierres et de gravier. La présence de pierres est en quelque sorte positive, car elle aide le sol à s’aérer, mais un excès de pierres est évidemment un obstacle à la culture.

Pour cette raison, les sols sablonneux doivent être constamment nettoyés pour les améliorer d’année en année et avant de faire le potager, les plus grosses pierres doivent être retirées.

Sol tourbeux

Les sols tourbeux sont des sols doux au toucher reconnaissables à leur couleur très foncée, capables de retenir beaucoup d’humidité et généralement acides, donc idéaux pour la culture des baies.

Sol calcaire

Ce sont des sols à terre très légère, qui ont tendance à se compacter avec la pluie. En raison de la teneur élevée en carbonate de calcium, les sols sont présents généralement particulièrement basique. Cela pose problème pour de nombreuses cultures, qui préfèrent un pH neutre ou légèrement acide et il n’est pas possible d’y cultiver des plantes acidophiles.

Savez-vous de quoi est fait votre potager ? Selon le type de terrain que vous avez devant vous, vous devrez vous réguler dans la préparation du potager. La fertilisation devra également être ajustée en fonction de la taille des grains. Prêt à prendre la fourchette, la bêche et le râteau pour préparer le champ à la culture de vos légumes biologiques.

Article de Matteo Cereda

L’article vous a-t-il été utile ? Laissez un commentaire. Vous pouvez partager votre expérience, laisser un pourboire ou poser une question.

Pour rester en contact, vous pouvez vous abonner à la newsletter ou suivre la page Facebook ou Instagram.

Gazon
Show Buttons
Hide Buttons