Qui doit couper les haies ?

haies en surplomb ou trop hautes : comment tailler les branches contre la volonté du voisin.

L’asphalte se noie en nous ? Le béton n’est pas toujours la cause de notre grisonnance. Parfois, même le vert nous fait virer au violet (de la colère). Cela se produit dans les relations de quartier, pour ceux qui, à en juger par le nombre de causes, ont la chance ou la malchance d’avoir un voisin passionné par les plantes. Oui, car quoi que fasse le voisin, qu’il s’agisse de construction ou de végétation, s’il dépasse de notre propriété, cela nous agace. Et pour cause : le Code civil fixe des limites de distance qui doivent être respectées. Et le problème le plus fréquent est de savoir comment forcer le voisin à couper la haie . Cela peut arriver lorsque la haie est trop haute, ou quand elle pousse tellement qu’elle envahit une partie de notre jardin, lorsque les branches s’étendent sur notre pelouse ou ne nous permettent pas de garer la voiture, lorsque les racines deviennent si robustes que ruiner la route goudronnée ou les pipelines qui se connectent à notre maison. Bref, le vert est bon pour l’homme, mais seulement dans une société civile et respectueuse. Essayons donc de comprendre quels sont les droits de ceux qui doivent subir une couverture volumineuse.

A lire aussi : Comment tester une pompe à carburant ?

Avant d’expliquer comment forcer le voisin à couper la haie, rapportons ce que le Code civil établit . La loi énonce deux principes importants :

  • lorsque les racines de l’arbre du voisin envahissent nos terres, nous pouvons les couper (évidemment, nous ne couperons que la partie qui a franchi la frontière, mais sans accéder à la propriété des autres) ; de cette façon, nous pouvons agir de manière autonome ;
  • si l’invasion, cependant, n’est pas causée par les racines, mais par les branches des arbres du voisin, on peut le forcer à les couper . Qu’est-ce que cela signifie ? Dans ce cas, nous ne pouvons pas prendre la scie et tailler les branches, comme nous l’avons fait fait avec les racines, mais nous devrons demander au propriétaire de l’arbre et laisser agir l’arbre.

Pourquoi cette différence de traitement entre les racines et les branches  ? Probablement parce que le législateur pensait que l’élagage d’une branche, afin de ne pas endommager l’arbre, devait se faire en grimpant sur l’arbre lui-même, ce qui ne peut se faire qu’en accédant à la terre du voisin (et non à partir de la sienne). Ainsi, pour éviter les invasions non autorisées de la propriété d’autrui, couper la branche saillante peut être une opération que seul le propriétaire du terrain sur lequel cet arbre est planté peut effectuer.

A découvrir également : Comment distinguer un étang en fuite ?

En vérité, certains auteurs considèrent qu’il est permis de couper la branche saillante tant qu’elle n’est pas accessible sur le terrain du voisin (cependant, l’opinion n’est pas partagée par tout le monde car elle n’est pas reflétée dans la loi).

Comme il est évident, la norme ne parle pas de haies, même si celles-ci, au-delà de leur hauteur, ils peuvent encore tomber dans la notion d’arbres et, par conséquent, dans la deuxième partie de la norme, c’est-à-dire celle qui fait référence aux branches qui envahissent les terres voisines. Essentiellement, si la haie du voisin fait saillie sur notre sol, nous devrons demander au propriétaire de faire la coupe. La Cour suprême a déclaré que ceux qui pénètrent dans la propriété du voisin pour couper les branches saillantes d’une haie qui, en passant la clôture, commet un crime de dommages entravent le passage de votre voiture.

Une autre hypothèse est celle de la haie placée sur un mur situé à la limite entre les deux propriétés. Dans ce cas, la haie ne doit pas respecter les distances minimales de la frontière prévues par le Code civil si elle ne dépasse pas la hauteur du mur. Si, par contre, la haie pousse et dépasse le haut du mur, il est possible de forcer le voisin à la couper (en ce qui concerne distance par rapport à la limite des haies qui ne sont pas appuyées contre le mur (lire Les haies : distance, hauteur, dépenses).

Voyons maintenant comment forcer le voisin à couper la haie . Nous avons dit que nous ne pouvons pas faire la taille. Nous ne pouvons pas non plus — comme on l’a deviné — forcer physiquement le voisin ou le menacer de mettre le feu à l’usine. La seule chose à faire est alors d’exercer une action en justice. Tout d’abord, il est conseillé de contacter un avocat qui, avec une lettre d’avertissement, demandera au voisin de commencer les travaux d’élagage. En cas d’inertie, nous pouvons procéder de deux manières différentes :

  • Si la situation nous cause des dommages graves et imminents, pour lesquels nous ne sommes pas autorisés à attendre longtemps un procès, nous pouvons demander un appel urgent au tribunal. Le juge, après avoir entendu les parties et les témoins éventuels (soi-disant « informateurs »), ordonne au voisin de couper la couverture. Dans ce nous ne pourrons pas demander d’indemnisation pour les dommages, mais nous pourrons le faire avec un jugement indépendant ;
  • si, par contre, il n’y a pas de dommages graves et imminents extrêmes, nous devrons recourir à une cause normale, avec des temps certainement plus dilatés.

Dans les deux cas, si le voisin, perdant la cause, ne se conforme pas à l’ordre du juge, nous devrons commencer ce qu’on appelle techniquement « l’exécution forcée de l’obligation de faire  » : en substance, après avoir ordonné le travail au voisin par l’intermédiaire de l’huissier de justice, nous pourrons procéder à nos propres dépenses, puis agissez contre le voisin pour qu’il soit remboursé. S’il ne veut pas coopérer même après cela, nous devrons procéder à la saisie de ses biens pour obtenir le remboursement de l’argent dépensé. En outre, bien sûr, tous les frais juridiques.

Equipement